Creative documentary, 2016. 67 min.
The Mayflower and the Commodore in Beyrouth, the Holiday Inn in Sarajevo, the Al Deira in Gaza, the Hyatt in Belgrade, the Ukraine Hotel in Kiev, the Al-Rasheed in Baghdad, the Serena in Kabul, the Peace Hotel in Mogadishu… These hotels have accommodated most of the journalists who reported on the conflicts in these cities. This is where they crossed paths with other protagonists of the conflict, thus converting this space into a site of strategic importance to the overall conduct of warfare. A “war hotel” is the place from which war is looked at, analyzed, discussed and enunciated, thus playing an active role in the framing of conflicts: both the ways they are publically represented and the ways that we in turn see them unfold. HOTEL MACHINE is a reflection on the production of representations of conflicts. HOTEL MACHINE is the story of a hotel that remembers.
We were wondering where the images of conflicts that we look at daily are fabricated. We filmed hotels where journalists stayed in conflict zones. We believed that putting ourselves in their footsteps would allow us to understand how they saw and interpreted things around them, and why they represented the events the way they did. We assumed that spending time studying a detail of the vast apparatus of fabrication of representations of conflicts would allow us to understand their stakes.
The tension in these pacified hotels was still palpable and we were not always sure whether we stood after or before the conflict. Every plane in the sky, every explosion outside, every ambulance in the street reminded us of the past events. We used spatial and temporal conflations, not to obfuscate, but to highlight how former practices, as well as memory, continue to influence and to build the present. Past is embedded in the present, which makes it possible to represent the past, and to some extent the future as well.

Credits
Written and directed by Emanuel Licha
Director of photography: Johan Legraie
Sound recording and sound design: François Waledisch
Assistant director: Katharina Knust
Editing: Natali Barrey
Production: Patrice Nezan, Les Contes modernes et Emanuel Licha
Documentaire de création, 2016. 67 min.
Le Mayflower et le Commodore à Beyrouth, le Holiday Inn à Sarajevo, le Al Deira à Gaza, le Hyatt à Belgrade, l’hôtel Ukraine à Kiev, le Al-Rasheed à Bagdad, le Serena à Kabul, le Peace Hotel à Mogadiscio… Ces hôtels ont hébergé la majorité des journalistes qui couvraient les guerres de ces pays- là. C’est dans ces hôtels qu’ils ont croisé les autres protagonistes du conflit, transformant cet espace en un site stratégique. L’ ‘hôtel de guerre’ est le lieu depuis lequel le conflit est observé, analysé, discuté et montré, jouant ainsi un rôle actif dans la représentation publique qui en est faite et dans notre compréhension des événements. HOTEL MACHINE est une réflexion sur la représentation des conflits, construite à partir de leur lieu original de production. Hotel Machine est l’histoire d’un hôtel qui se souvient
Nous nous demandions où les images de conflits que nous regardons chaque jour sont fabriquées. Nous avons filmé des hôtels où les journalistes ont vécu dans des zones de conflit. Nous pensions que c’est en nous mettant dans leurs pas que nous comprendrions comment ils ont vu et interprété ce qui les entourait, et pourquoi ils ont représenté les événements tel qu’ils l’ont fait. Nous étions convaincus que c’est en passant du temps à nous intéresser à un détail du vaste appareillage de la fabrication des représentations des conflits que nous pourrions mieux en comprendre les enjeux.
La tension dans ces hôtels pacifiés était encore palpable et nous ne savions pas toujours si nous nous trouvions après ou avant un conflit. Chaque avion dans le ciel, chaque bruit d’explosion, chaque ambulance dans la rue nous rappelaient les événements passés. Nous avons insisté sur cette confusion spatiale et temporelle, non pas pour embrouiller les choses, mais pour souligner que les pratiques du passé, tout comme la mémoire, continuent d’influencer et de construire le présent. Le passé est ancré dans le présent : c’est ce qui rend possible de représenter le passé, et jusqu’à un certain point le futur aussi.

Crédits
Scénario et réalisation: Emanuel Licha
Direction de la photographie: Johan Legraie
Prise de son et conception sonore: François Waledisch
Assistante à la réalisation: Katharina Knust
Montage: Natali Barrey
Production: Patrice Nezan, Les Contes modernes et Emanuel Licha
Présentations
Kitchener-Waterloo Art Gallery, Kitchener, Ontario
....................................
Étoiles de la SCAM 2017
Forum des images, Paris

....................................
Les Primeurs du Blog documentaire #13
Vidéodrome 2, Marseille
....................................
Musée d'art contemporain de Montréal
....................................
DocPoint, Helsinki
....................................
The Rooms, St-John's
....................................
This Human World
International Human Rights Fim Festival, Vienna

....................................


Image de ville, Marseille
....................................
Cinemigrante, Buenos Aires
....................................
L'Autre écran, Paris
....................................
Valletta Film Festival
....................................
Asiatica Film Festival, Rome
....................................
États généraux du film documentaire, Lussas
....................................
Cinéma du réel, Paris
....................................
DokLeipzig Co-Production Meeting prize
....................................
FiDLab prize

Media
"For some time, Licha has been interested in the theatre of operations – an expression linked, of course, to the rhetoric of war: a wartime site of control that is also a concrete space, such as a hotel, adapted to the context and related
to subterfuge or to total staging."

Ciel variable
....................................
"Ceux qui s’attendent à une enquête journalistique sur les hôtels de guerre sortiront à la fois déroutés et fascinés de la projection d’Hotel Machine. Car si l’on croise reporters de guerre et fixeurs dans ce méta-hôtel filmé par Emanuel Licha, le film établit avant tout un relevé de sensations, d’ambiances et d’instants suspendus qui inscrivent le film dans le registre de la symphonie visuelle et sonore, aux antipodes d’un traitement naturaliste."
Le Blog documentaire
....................................
" 'Hotels retain a memory,' Licha said. 'I listen to objects and try to make them speak. I invent strategies to let hotels speak.'
One strategy is to talk to the managers, chambermaids, kitchen staff, porters and security guards who were working when their hotel became a war hotel. Many of them tell their stories in the 64-minute video Hotel Machine, the centrepiece of Licha’s exhibition."
Montreal Gazette

....................................
"Depuis plusieurs années, Licha a développé une oeuvre qui réfléchit les images de la guerre. Mais cet artiste ne travaille pas le terrain très miné de l’impact — ou du non-impact — sur les populations des images donnant à voir de la violence. Il s’intéresse plutôt aux conditions de production des représentations de la guerre, à la manipulation volontaire ou involontaire de l’information et de la réalité."
Le Devoir
....................................


"Emanuel Licha s’intéresse au conflit, ou plutôt, il s’en inquiète. Pour agir, il faut comprendre. C’est ce qui a motivé l’artiste et cinéaste à se pencher sur les mécanismes de représentation, plus particulièrement sur celui de l’hôtel de guerre, dans sa plus récente œuvre installative."
Voir
....................................
"a film that is all the more remarkable for the aesthetic subtlety and rigour within its topicality."
Ciel Variable

....................................
"Avec une caméra posée sur un pied et des mouvements fluides, Hotel Machine est un film aux très belles idées de mise en scène sur les coulisses de la guerre."
Bulles de culture

....................................
"Hotel Machine c’est la guerre racontée par la bande. Emanuel Licha est un amoureux des formes et un explorateur d’espaces qu’il filme dans tous leurs états."
Fiches du cinéma

....................................
"Démarche de plasticien autant que de documentariste, Hôtel Machine est en quelque sorte un séjour dans l'œil d'un cyclone, afin d'en ressentir le magnétisme alors même qu'il n'y a rien à y voir, ou si peu."
Critikat

....................................
"Hotel Machine nous questionne de manière poétique et plastique sur la question de la représentation des conflits contemporains. La médiatisation a ici lieu via les médias traditionnels mais également via un lieu qui devient lui-même média puis archive témoignant d'événements historiques passés."
Effeuillage

....................................
"The film does not rush into the theme of war"
Al Jazeera

+ + +